Un tiers des milliardaires britanniques ont déménagé dans des paradis fiscaux

Les super-riches continuent de financer les partis politiques malgré la loi interdisant la pratique

Un tiers des milliardaires britanniques se sont installés dans des paradis fiscaux au cours de la dernière décennie, a-t-on appris.

Une enquête de Les temps a constaté que 28 milliardaires britanniques sur 93 - 30 % - ont déménagé dans des paradis fiscaux ou sont en train de déménager.

Ils feraient partie des 6 800 Britanniques qui dirigent 12 000 entreprises britanniques dans des juridictions à faible fiscalité, notamment les Bahamas, le Belize, les îles Vierges britanniques, les îles Caïmans, les îles Anglo-Normandes, Monaco et la Suisse.



Beaucoup de ceux qui ont quitté le Royaume-Uni ont reçu des honneurs ou détiennent des titres, avec un vicomte, un baron, six chevaliers et une dame parmi les milliardaires.

Certains ont financé des partis politiques tout en vivant à l'étranger, car les gouvernements successifs n'ont pas promulgué une loi adoptée en 2009 qui aurait interdit les dons importants de toute personne résidant à l'étranger à des fins fiscales, selon le journal.

Sur les 5,5 millions de livres sterling donnés aux partis par les Britanniques vivant dans des paradis fiscaux et leurs entreprises britanniques depuis 2009, plus de 1 million de livres sterling ont été acceptés par le parti conservateur dans les mois précédant les élections de 2017, dont 500 000 livres sterling de Lord Ashcroft, basé à Belize, affirme le journal.

Les temps dit : Il est inéquitable et déraisonnable lorsque les très riches peuvent influencer la politique publique britannique tout en n'y étant pas soumis de la même manière que tout le monde.

En devenant non résident du Royaume-Uni à des fins fiscales, les super-riches peuvent éviter 38,1 % d'impôt sur le revenu au Royaume-Uni sur les dividendes et 20 % d'impôt sur les plus-values ​​sur la vente d'actions. Bien que le HMRC ait déclaré qu'il n'avait pas de chiffres officiels sur ce que cela coûterait, des estimations antérieures ont suggéré que le Royaume-Uni perdait 1 milliard de livres sterling d'impôt par an pour les seuls habitants de Monaco.

L'année dernière, Sir Jim Ratcliffe , l'un des hommes les plus riches de Grande-Bretagne et fondateur du groupe chimique Ineos, s'est révélé déménager à Monaco et travailler avec des comptables sur un plan légal d'évitement fiscal qui, selon les experts, pourrait refuser au Trésor jusqu'à 4 milliards de livres sterling.

Copyright © Tous Les Droits Sont Réservés | carrosselmag.com